Quelques clients satisfaits en finance et droit

 

Exemples de sites que nous avons référencé :

crédit auto france - : un simulateur très complet

Trouver un cabinet juridique à Lille

simulationimpot fr - Outil de simulation de calcul de l'impôt

finance-solidaire.com - La finance solidaire : forme et enjeux

simulation-assurance.com - Comparateur d'assurances en ligne

http://www.defiscalisation.be - Précis de défiscalisation pour la Belgique et l'Europe

http://www.taxe-carbone.com - Qu'est-ce que la taxe carbone ?

rvices est entièrement modulable à vos besoins. N'hésitez pas à nous contacter.

 

Actualités

A la recherche d’un nouvel ordre monétaire international

Juillet 1944 : Bretton-Woods avec le SMI et sa relative stabilité des monnaies dans le contexte des Trente Glorieuses. Le régime de changes fixes et ajustables reposait sur l’hégémonie du dollar (35 USD l’once), sur la règle selon laquelle les états membres devaient éliminer tout déséquilibre durable de leur balance des paiements, et sur le maintien d’une imparfaite mobilité des capitaux par des dispositifs nationaux de contrôle des changes.
La nouvelle logique du SMI
Le régime de change fixe a été abandonné le 15 août 1971, jour où Nixon décida de détacher le dollar de l’or, ouvrant ainsi la voie à l’ère de flottement des monnaies. L’instabilité monétaire est depuis lors une des caractéristiques majeures de l’économie mondiale.
Les monétaristes défendaient les vertus des taux de changes flottants : aucun déséquilibre extérieur durable (car modification automatique du taux de change) et les états, libérés de la contrainte externe pourraient retrouver l’autonomie de leur politique économique et ainsi se consacrer uniquement à la lutte contre le chômage et l’inflation. Mais le flottement des monnaies a été un échec, en totale contradiction avec les conclusions de la théorie dominante. Au cours des années 1970, les PVD ont accumulé déficits et dettes extérieures avec pour conséquence la crise de la dette en 1982. A partir des années 1980, les pays les plus riches ont enregistré des déséquilibres d’une ampleur exceptionnelle. Loin d’être autonomes, les politiques nationales sont devenues étroitement dépendantes les unes des autres. L’intégration financière internationale croissante s’est en effet caractérisée par des mouvements spéculatifs dévastateurs.
On a assisté à l’avènement du polycentrisme monétaire, cad à la perte de l’hégémonie absolue du USD, qui est concurrencé par le yen et le mark.